Excursion à Paulilles - Club Alpin Français - 1886

 

 

Club Alpin Français - Section du Canigou

 

A l'invitation de sa section du Canigou, le Club Alpin Français effectue une visite des Pyrénées-Orientales au tournant de juin 1886. Une excursion supplémentaire est programmée à Banyuls, à Port-Vendres, et à Paulilles à l'invitation du directeur de la dynamiterie. Le site industriel n'est toutefois pas décrit par l'association, qui n'en retient que la courtoisie de la démarche. Surtout, le compte-rendu de cette journée évoque, sans la nommer directement, la crise phylloxérique sévissant depuis une décennie dans la région, altérant le paysage viticole et réduisant la prospérité financière de la commune de Banyuls-sur-Mer.

La crise phylloxérique


 

Cette crise phylloxérique est également perceptible dans les actes notariés passés à cette période : toute une série de petits propriétaires vendent alors à la société de Paulilles des parcelles de moins d'un hectare, dont les contrats de vente sont établis en série. L'abandon des cultures se traduit par des expressions telles que "ancienne vigne et olivette", ou "vigne perdue", ces ventes bénéficiant alors à l'extension du site industriel de la dynamiterie (1). A noter toutefois que les transactions se font au prix de 2 F. le mètre carré, prix supérieur à celui de la décennie 1870-1880.

E. PRACA

 Mise en ligne 12-5-2016

 

DOCUMENT

Le Club Alpin dans les Pyrénées-Orientales

1886

 

"A la gare nous quittons nos collègues du Canigou, que nous devons revoir une dernière fois en passant à Perpignan. Quant à nous, nous avons après coup augmenté notre programme d'une excursion à Banuyls, à Port-Vendres et à l'usine de dynamite de Paulilles, dont le directeur, M. Singer, a gracieusement réclamé notre visite.

Les maisons blanches de Banyuls descendent de la voie ferrée à la plage, au fond d'une baie qu'enserrent des collines jaunes et comme attristées; car elles ont perdu leur couronne de pampres verts, et, depuis dix ans déjà, on ne voit plus à leur pied s'amarrer ces barques où les vendangeurs en chantant versaient leurs corbeilles pleines, et qui, le soir venu, semblaient ramener au port sous leurs voiles blanches la gaîté et la richesse".

________________________

NOTES

1 -L'analyse de ces actes a été évoquée lors de notre conférence intitulée "Paulilles, de l'espace rural à l'usine", Journées du Patrimoine, site de Paulilles, 16-9-2018.

BIBLIOGRAPHIE

Extrait de : Club Alpin Français, Section du Sud-Ouest, Bulletin n°20, janvier 1887, "Courses et ascensions, Le Club Alpin dans les Pyrénées-Orientales (section du Sud-Ouest, des Pyrénées et du Canigou)", p.37-38.

POUR EN SAVOIR PLUS

Le directeur de la dynamiterie est alors Siegfried Singer, un Hongrois qui gravit rapidement les échelons de la société Nobel de dynamite.